Un portrait réussi résulte souvent de plusieurs facteurs. Bien qu’il n’y ait pas de recette magique et que parfois, certains portraits fonctionnent en faisant fi de toutes les règles, quelques paramètres peuvent grandement influencer le résultat.

Voici 15 conseils pour améliorer rapidement vos photos de portraits, et ce, sans matériel onéreux, de type flashs, boites à lumière , fonds ou tout autre équipement propre au studio photo. Nous allons passer en revue les critères de base qu’on retrouve souvent sur le sujet, puis quelques astuces et suggestions qui apporteront ce petit quelque chose en plus à vos images.

1/ S’équiper du bon matériel

Pour réaliser de beaux portraits, le 85mm est souvent présenté comme la focale par excellence, permettant de réaliser des portraits serrés et d’obtenir un joli flou de profondeur de champ.

Pourtant le 50mm aussi est un bon choix, qui produit assez peu de distorsions, c’est la focale considérée comme étant la plus proche de la vision humaine.

On se méfiera par contre du grand-angle type 24mm, peu adapté au portrait si vous voulez des plans rapprochés car ils produisent des déformations qui ne flatteront pas les traits de votre modèle (gare à l’effet « nez allongé »). Si par contre vous voulez cadrer large et inscrire votre modèle dans son environnement en montrant sur vos clichés une grand partie de ce qui se trouve autour, pourquoi pas.

2/ Tirer parti de la lumière

Certaines lumières mettent en valeur les visages, d’autres pas. On évite les images prises en plein soleil : elles sont inconfortables pour votre modèle qui va plisser les yeux et froncer les sourcils ; le plein soleil produit également des contrastes intenses, les visages perdront leur modelé. Les lumières en plongée (venant du dessus) sont peu flatteuses : elles feront apparaitre des cernes sous les yeux, des rides marquées, des traits creusés.

Placez plutôt votre sujet à l’ombre, en lumière indirecte, ou bien optez pour une lumière latérale en le positionnant près d’une fenêtre par exemple. Si la lumière passant par la fenêtre reste trop intense, un voilage placé devant suffira à la diffuser. Pensez également à vous équiper d’un réflecteur pour déboucher les ombres sur le coté du visage qui ne reçoit pas directement la lumière. Voici un exemple où l’on distingue bien à gauche, sur le cou et l’ovale du visage, la lumière qu’apporte le réflecteur :

On peut aussi volontairement se passer de réflecteur pour un effet dramatique, avec seulement un coté du visage dans la lumière, l’autre dans l’ombre :

En extérieur, pensez aux lumières rasantes de fin d’après-midi qui mettront en valeur de fins détails et créeront un filet de lumière sur les cheveux ou contours du corps. Ou encore aux contre-jours qui créeront des effets de silhouette, des ambiances dramatiques ou des jeux de transparences sur les vêtements :

3/ Veiller à l’arrière-plan

Sur un portrait, votre sujet, c’est votre modèle. On voit trop souvent d’images avec un arrière-plan chargé, encombré d’un tas d’éléments qui perturbent la lecture du cliché. Envisagez plutôt, soit un arrière-plan sobre, uni et neutre qui va s’effacer au profit de votre modèle :

Ou au contraire, un environnement graphique, avec des lignes ou motifs qui participeront à la composition du cliché :

Nous vous invitons à lire notre article sur l’importance des arrière-plans en portrait !

 

4/ Mettre son modèle à l’aise

C’est le point qui pose le plus de difficultés aux étudiants ou amateurs photo et c’est donc sur celui-ci qu’on va passer un peu plus de temps. Photographier des modèles, surtout si ce sont des inconnus, demande de savoir mettre à l’aise les gens que vous photographiez. Un modèle sur ses gardes ne pourra pas se laisser aller à vous livrer une part de lui-même. Ce malaise sera palpable sur les images finales, ses expressions et poses sembleront peu naturelles, forcées.

Il faut commencer par discuter pour établir un lien de confiance avec votre sujet. Et pas uniquement de photo  ! Posez-lui quelques questions anodines sur  sa vie, son travail, proposez-lui un café. Des sujets mêmes un peu banals vous feront échanger quelques phrases : la météo, les vacances, qu’importe…il faut briser la glace ! A mesure que vous discutez, vous vous rendrez compte que le modèle se détend, ses gestes sont moins empruntés, plus fluides, sa mâchoire relâchée.

Cette étape peut et doit se poursuivre lorsque vous commencez à le viser avec votre appareil pour procéder à vos réglages. A ce stade, vous devez éviter que le malaise réapparaisse subitement. Il suffit de lui expliquer ce que vous faites, tout en continuant à discuter avec lui.

Même si ce n’est pas le cas au début de la séance, complimentez votre modèle,  rassurez-le avec quelques phrases encourageantes : « Oui c’est très bien ! », « Voilà, ça c’est parfait, ne bougez plus ! ». Des mots simples qui vont l’amener à se relâcher un peu plus encore. Gardez à l’esprit que les modèles amateurs doutent beaucoup d’eux, et souvent les gens ont du mal à s’apprécier en photo ce qui ne les met pas à l’aise d’emblée. Il faut donc commencer par effacer leur appréhension avec ces encouragements.

Une fois cette phase passée et votre sujet plus en confiance, vient le moment pour vous de diriger votre modèle pour obtenir ce que vous voulez et il va falloir l’aider un peu ! Car bien souvent, ils ne savent pas quoi faire de leurs bras, de leurs mains, ni comment se placer. A vous de leur suggérer gentiment d’autres poses : « Et si vous tournez légèrement la tête à gauche, ça donne quoi  ? », « Très bien  ! Baisser un peu le menton pour voir… » etc. Hormis avec des modèles expérimentés qui vous proposeront spontanément de bonnes choses, vous aurez à diriger tous les autres, alors assumez ce rôle de « direction », car il fait partie de votre travail.

Autre astuce pour capturer des images plus spontanées : faire diversion. Attirez leur attention sur quelque chose autour de vous et mieux encore, faites-les rire ! Un bon moyen de capturer des sourires authentiques et d’installer une ambiance plus légère bénéfique pour la suite de la séance. N’oubliez pas qu’il est préférable que votre modèle passe un bon moment pour parvenir à lâcher-prise :

Lorsque vous sentez que son regard est trop fixe, ou ses yeux écarquillés en une expression peu naturelle, utilisez l’astuce du « fermez les yeux, ouvrez les yeux  ! ». Demandez-lui de fermer les yeux, faites vos réglages et préparez votre cadrage; lorsque vous êtes sur le point de déclencher, demandez-lui d’ouvrir les yeux rapidement. Il n’aura pas le temps d’adopter un regard morne ou vide en si peu de temps. Même chose pour la mâchoire et la bouche qui parfois sont trop crispées : demandez-lui parfois d’entrouvrir la bouche, de desserrer les dents, afin que ses traits soient plus relâchés.

 

5/ Flou d’arrière-plan

Lorsque vous êtes en mode manuel, une grande ouverture du diaphragme est idéale pour le portrait. Ainsi, votre modèle qui sera net puisque c’est sur lui que vous aurez fait la mise au point, se détachera élégamment du fond qui lui, sera plongé dans le flou. Un flou qu’on nomme le flou de « profondeur de champ » :

6/ Mettre en valeur son modèle

Un bon portrait est aussi un portrait qui flatte le modèle. Les expressions et regards qu’il adopte, doivent le mettre en valeur (on évite de prendre quelqu’un en train de parler ou de mâcher), certaines poses fonctionnent aussi mieux que d’autres. On évite par exemple les vues en contre-plongée, rarement esthétiques.

En fonction de sa morphologie certaines poses seront plus appropriées : lui faire baisser le menton fera paraître ses yeux plus grands, le prendre en très légère plongée donnera également l’impression qu’il est plus mince. Autre astuce largement utilisée : la pose de trois-quarts qui affinera son visage sur un portrait serré , ou sa silhouette pour un portrait en pied :

7/ Penser sa composition

La règle des tiers, on en parle souvent en photographie et elle s’applique bien sûr au portrait. Pour ceux qui ne la connaissent pas encore on en parle dans cet article. Ne centrez pas le corps de votre modèle ou son visage en plein milieu du cadre ! Au minimum, placez son regard sur une ligne de tiers (en générale la ligne haute), et/ou sa silhouette sur une ligne de tiers verticale.

Pensez votre portait comme une image d’architecture : les éléments forts (yeux, visage, corps, mains, bras) doivent être positionnés aux endroits stratégiques de l’image, soit les lignes de tiers et les points de force :

En règle générale, on laissera également de la place dans le cadre dans la même direction que le regard du modèle. Une personne qui regarde sur le coté, donne envie au spectateur de regarder dans la même direction. On ne doit donc pas buter immédiatement sur le bord du cadre, mais au contraire, avoir de l’espace pour diriger notre œil sur cette partie que le modèle semble regarder :

8/ Inclure ses mains

Un portrait, même serré, ne signifie pas que seul le visage doit entrer dans le cadre. Inclure les mains du modèle offre plusieurs avantages : ce sera un point d’accroche supplémentaire dans la composition de votre image et votre modèle saura enfin quoi en faire  ! Un menton posé au creux des paumes, ou des mains et bras bien placés apporteront une structure au portrait :

9/ Déclencher hors des moments de poses

Un point très souvent oublié  ! Au cours de la séance vous allez être amené(e) à changer de lieu, ou faire déplacer votre modèle dans la pièce. De nombreux photographes oublient de prendre des images à ce moment-là, voire posent leur appareil. C’est pourtant une belle occasion de saisir des gestes spontanés, pris sur le vif. Certaines de ces images auront un aspect reportage et complèteront bien les portraits plus dirigés :

10/ Varier sa mise au point

De manière générale, en portrait on fait la mise au point sur le regard car c’est bien souvent les yeux qu’on veut mettre en avant, car c’est à travers eux que l’expression et l’émotion passent en priorité :

Mais on peut aussi choisir de faire la mise au point sur un autre élément du cadre pour apporter du mystère et réaliser un portrait qui sorte un peu de l’ordinaire :

11/ Cadrer des détails

Le visage ne doit pas obligatoirement être dévoilé en entier sur un cliché. Pensez donc à vous approcher et à capturer des plans serrés sur une partie seulement de votre modèle (les yeux, les mains, la bouche, la nuque). A eux seuls, ces fragments de corps ou de visage peuvent suffire à raconter une histoire, à en dire long sur votre modèle :

12/ Utiliser des accessoires

Une chaise, une couronne, une feuille morte, voici des accessoires tout simples qui vont apporter de l’intérêt à l’image. Ils formeront un point d’accroche supplémentaire dans le cliché et pourront permettre à votre modèle de jouer avec, d’occuper ses mains, ou de s’y appuyer pour prendre d’autres types de poses :

13/ Tester le fond sombre et la mesure spot

Encore une fois, avec peu de choses on peut produire de beaux effets. Le clair-obscur par exemple est une expérience à tenter au moins une fois pour du portrait, pour ceux qui connaissent le mode manuel.

Pour cela, en intérieur, dans une pièce qui se trouve idéalement dans une pénombre légère à moyenne, placez votre modèle près de la fenêtre afin que son visage reçoive la lumière. Réglez ensuite la mesure d’exposition de votre appareil sur « spot », il va donc prendre les mesures de lumière sur un point précis de la scène. Mesurez l’exposition qui convient pour exposer correctement le visage, partie qui reçoit la lumière dans notre exemple. Ainsi, le visage sera correctement exposé et le reste de la pièce, plus sombre et ne recevant pas directement de lumière, sera très sombre, voire complètement noir. Comme sur cette image prise pourtant en pleine journée, même si l’effet a été accentué en post-traitement :

14/ Apporter de l’éclat dans les yeux

Là encore, la fenêtre sera votre meilleure alliée pour produire cet éclat dans le regard. Placez votre modèle près de la fenêtre, soit debout, le visage tourné vers la fenêtre et l’extérieur, ou allongé sur le sol juste à coté de la fenêtre, là ou tombe la lumière provenant d’elle. La fenêtre et la clarté du ciel à l’extérieur vont se refléter dans l’iris et la pupille du modèle et apporter ce coté vivant, pétillant au regard :

15/ Tenter le cadre dans le cadre

A défaut de décor exceptionnel, ou d’accessoires, parfois un simple effet de cadre dans le cadre peut apporter ce petit quelque chose en plus à l’image. Un encadrement de fenêtre, de porte, un reflet dans le cadre d’un miroir, souligneront le visage de votre sujet et ajouteront un effet de profondeur dans l’image :

Dernier conseil : ne cherchez pas à tout tester en même temps lors de la même séance  ! Entrainez-vous sur un des thèmes évoqués pour commencer : inclure les mains, ou bien chercher les reflets dans les yeux. Allez-y pas à pas et au fur et à mesure que vous vous sentirez plus en maitrise de certains points, ajoutez 2 ou 3 des conseils de cette liste, et appliquez-les durant une seule et même séance. En quelques prises de vues, vous allez constater vous-même la différence avec les portraits que vous réalisiez jusqu’ici  !

Photographies illustrant l’article ©Soizic MENUT